jeudi 10 mai 2018

181*


J'avais envie de faire un petit point sur mes sources d'approvisionnement vestimentaires. Elles ont -un peu- évolué, et me permettent de trouver une satisfaction sereine.

Je me méfie toujours de la prescription des blogs et d'Instagram, même si ces derniers m'ont permis d'élargir mes sources. C'est donc grâce à Mon blog de fille que j'ai découvert Asos et ses Ridley. Je suis entrée dans l'automne avec cinq kilos supplémentaires, et il a fallu renouveler mon stock de jeans (la base de ma garde-robe). J'ai eu un peu de mal avec cette coupe très taille haute, puis finalement, j'en ai commandé un à chaque saison, et c'est un peu mon good-to-go.

Je ne vais plus zoner chez Esprit. Je trouve l'enseigne un peu chère, et j'ai trop peur de craquer. Je n'y vais que pour les jeans; ils sont très confortables, je les surtaille en hiver (besoin de confort), et parfois je tombe sur une longueur 30, qui me tombe pile poil.

Parfois, je fais un tour chez Bonobo ou Cache-Cache. L'enseigne Vib's est ouverte sur Paimpol, et je peux tomber sur ce que je cherche à des prix très raisonnables.

Ma caverne d'Ali Baba, c'est Kiabi. En boutique ou en ligne, et en particulier le rayon... maternité. Et oui, mes cinq kilos supplémentaires sont logés dans le ventre, les fesses et les seins, ce qui correspond à un début de grossesse. J'ai trouvé des perles pour les belles saisons qui s'annoncent;-)

Si je passe à Lorient ou à Saint Brieuc, je m'arrête chez H&M. Je m'y fourni en basiques : débardeurs, leggings, T-shirts manches longues pour moi ou mon mari, et parfois, je tombe sur une perle (comme ce petit short en lin kaki).

Et puis cette année, j'ai découvert Vinted. J'y ai vendu, et j'ai acheté, avec modération. Pour l'instant, mon butin se monte à un short en jean Kiabi et une chemise Sézane.

Je surfe sur les sites de Kiabi, Esprit, La Redoute, Spartoo et Sarenza. Mais j'ai supprimé beaucoup de newsletters pour ne plus me perdre. Ah, si, j'ai découvert Uniqlo et leurs petites doudounes. J'en ai commandé une, et c'est ma meilleure amie de la demie saison.

Voilà, je crois que j'ai un eu fait le tour. J'essaie ainsi de garder la tête froide, et de ne pas succomber à l'achat compulsif à chaque fois que je me mets devant mon ordi;-)

Bon jeudi!

vendredi 4 mai 2018

180*


Ma belle-mère s'en est allée brutalement, à l'orée du printemps. Avec sa disparition, mon mari et son frère sont devenus des orphelins. La tristesse les enveloppe, parfois elle est oppressante, d'autres fois elle relâche son étreinte.

Je n'ai pas été confrontée à la disparition d'un être cher et proche, la vie m'a épargné cette épreuve. Chaque jour, j'essaie d'accompagner mon mari dans son deuil. C'est ma place, je masse son petit cœur blessé en lui murmurant des mots de réconfort.

Dans un deuil, il y a une terrible mission à accomplir, et elle est extrêmement douloureuse. Dans notre situation, ma belle-mère est la dernière défunte. Cela veut donc dire...

Cela veut donc dire que nous devons nous occuper de sa mort matérielle.
Il faut à présent prendre à pleines mains tout ces biens qu'elle, mais aussi son défunt mari et ses fils ont laissé comme trace de leur passage sur Terre. Bien au-delà de la maladie et de son enterrement, nous trouvons cet évènement traumatisant.

Pénétrer dans cette maison familiale sans elle fut outrageux. La vider sera ravageur. Nous avons commencer ce terrible travail une semaine après son enterrement. Elle résidait à 150 kilomètres de chez nous, et nous souhaitons mettre à profit chacun de nos déplacements. La maison sera vendue, elle devra donc être vide.

Je ne vais pas rentrer dans la description de cette tâche. Elle sera remplie. Je veux davantage m'attarder sur les sentiments que cela provoque en moi.

Anne-Marie était une accumulatrice. La mesure et le minimalisme étaient des concepts qui ne gravitaient pas dans son univers. Elle ne jetait rien, et elle stockait. Je pense qu'il y avait au moins deux exemplaires de chaque objets usuels dans sa maison (nous avons même retrouvé deux brosses à dents électriques - ma belle-mère vivait seule). Nous sommes donc confrontés à des MONTAGNES de choses. Et ça a été pour moi un véritable choc :

il est impossible pour moi d'imposer ça aux miens. Je ne veux pas transformer l'endroit où je vis en un tombeau de la société de consommation. Je dois ranger. Je dois cesser d'accumuler. Je dois connaître toutes mes possessions et savoir pourquoi je les garde. Je dois trouver un sens à mon consumérisme.

Cela me va, puisque j'ai entamé ce chemin depuis quelques années. Bon, il y a toujours des moments où je dépense  : j'ai encore beaucoup de mal à me freiner sur les chaussures (j'ai une nouvelle passion, les sneakers) et sur les livres. Mais je n'achète jamais plus d'une paire par saison, et pour les bouquins... pfuit... c'est duuur : Goncourt, BD, Nature sauvage (Aargh, Gallmeister!!!), essais... impossible de se tenir. J'essaie de ne pas faire plus d'un achat par mois, et de me faire offrir les Goncourt.

J'ai toujours des petits coins à bordel à la maison, mais j'essaie de garder mon bureau rangé, je trie et classe mes papiers une fois par vacances, et je lutte pour ne pas garder toutes les cochonneries qui peuvent nous envahir. Cet été, j'ai prévu de faire la déco de notre chambre, et je sais quels rangements vont nous permettre de mieux vivre dans cet espace commun.

Tout va bien. Non, tout allait bien. Parce que mon mari, lui, ne va pas bien, et que cette expérience le traumatise. Il lui faut VIDER la maison de ses parents. Faire ce travail de sélection quasi-divin sur les objets d'une existence.


Il y a les objets de valeurs. Mes beaux-parents étaient amateurs de tableaux et d'objets d'arts. Au delà de leur valeur marchande, ils ont la valeur du sacrifice.

Il y a les meubles. A prendre, sans encombrer notre chez-nous, en choisissant ce que l'on peut assimiler sans se perdre. A donner. A vendre.

Il y a ce qui remplit les placards. Et là, on a envie de pleurer. Parce qu'on touche à l'intime. Très vite, j'ai su que je ne souhaitais pas me laisser déborder. Cela m'aurait rendu malheureuse. Mon mari et mon beau-frère m'ont fait de beaux cadeaux et j'ai choisi des choses neuves et utilitaires, qui n'existaient pas chez moi. Et puis c'est tout.  Maintenant commence le travail d'éloignement. Il est moins douloureux pour moi, mais ça reste un déchirement pour ces garçons de me voir faire des sacs, même s'ils vont dans la famille, chez des amis, à une association pour les réfugiés.


Et puis il y a tout ce qui va être jeté. Je suis tristement curieuse de voir ce que cela va représenter.

On ne devrait pas perdre de vue qu'après nous, une immense partie de ce que nous laissons trouvera le chemin de la poubelle. Finalement, nous passons nos vie à travailler, beaucoup, pour acheter, beaucoup. Puis nous mourrons, et nous jetons DEMESUREMENT.


Plus que jamais, j'ai envie de vivre. Vivre avec les miens, avec ceux que j'aime. Plus que jamais, il est important d'arrêter de remplir nos maisons, et de faire le choix des expériences, du partage et de l'amour. Quand je partirai, je ne veux pas noyer ceux qui restent sous mes possessions, je souhaite juste laisser le doux murmure des souvenirs.

lundi 5 mars 2018

179*

Testés et approuvés, je vous présente mes {cinq} achats de l'hiver...


♥un pull tunique noir Uniqlo. C'est une marque que j'ai découvert cette année. Oversize, il est un chouïa trop long pour mon mètre soixante, mais avec l'hiver j'ai apprécié de pouvoir y glisser plusieurs sous-couches. Il fait partie de mes soldes de l'hiver, réalisés avec ma cagnotte de Noëlanniversaire.
♥un slim bleu, zippé aux chevilles chez Esprit. Légèrement surtaillé, il est TROP confortable.
♥une besace Sabrina, bleu roy. Coeurs avec les yeux, elle est magnifique. Je l'adore, c'est mon cadeau d'anniversaire.
♥une paire de gants Uniqlo. Deuxième partie de mon cadeau d'anniversaire;-) ils sont im-pec-cables.
♥ma paire de Doc Martens achetée l'an passé en dépôt-vente. Je suis plus mitigée. Parfois, je les porte aux nues, et d'autres, j'ai envie de les remiser. Mais elles m'ont sauvée la mise plus d'une fois.

Xoxo.

dimanche 4 mars 2018

178*

Cet hiver, j'ai connu beaucoup de difficultés avec ma garde-robe. Beaucoup de fâcheries, et beaucoup de "j'ai rien à me mettre".

J'ai d'abord été confrontée à ma prise de poids. Quand, d'un hiver à l'autre, la balance affiche 5 kilos supplémentaires, il y a des vêtements fétiches que tu ne peux plus envisager de porter. Du coup, pour ne pas rester les fesses à l'air, tu files acheter des jeans. Et tu te retrouves vite fait avec trois pulls et deux jeans, et le sentiment d'être toujours habillée de la même manière. Donc là, logiquement, tu déprimes.

La semaine dernière, après une énième commande-retour de pulls, j'ai tiré les rênes de mon cheval de la consommation, et je me suis dis : STOOOOOOPPP!!!!!! on se pose. C'était le moment de prendre rendez-vous avec mon placard, de me mettre en culotte, et de se réserver une séance d'essayage-purgatoire.

C'est salutaire, vraiment. Déjà, je me suis rendue compte que ma prise de poids n'avait pas de conséquence sur TOUTES les pièces de ma garde-robe. Certains pantalons ont été particulièrement brioche-friendly, je leur en suis grée. J'ai ainsi pu extirper de leur coin un bootcut brut, un bootcut en velours et un slim en velours. Idem pour une robe. Et ce que est dingue, c'est que j'ai attendu d'arriver au 1er mars pour les sortir -_- J'y ai ajouté un short noir, que j'aime porter en toute saison. Du coup, mes deux nouveaux slims se sentent moins seuls, et moi j'ai l'impression de moins tourner en rond.

Je suis allée chercher, tout tout tout en haut de mon dressing, une boîte avec mes cavalières cognac, au purgatoire depuis 2016. En effet, l'an passé j'ai décrété que je ne portais plus de bottes (sauf mes bottes à talon, que je porte de manière très très anecdotique). Je me suis souvenue que j'aimais beaucoup la combinaison robe-collants opaques-bottes cavalières, et que cette silhouette très féminine permettait vraiment de sortir du look pull-jean en hiver. Je l'avais même testé avec un short (mais j'aimais moins).

A ce stade, je n'avais pas encore fait chauffer la carte bleue. Il était temps de m'interroger sur mes envies.

La prise de poids ne me tétanise pas. Ça m'embête bien de devoir changer certains pantalons, de faire une croix sur certaines pièces, mais je fais du sport toutes les semaines, et ma silhouette me va. Je peux rester ainsi, je connais mon corps, cela va peut-être changer dans un an. Mais je voulais trouver mon style. Avoir une véritable identité vestimentaire.

A l'aune de ces réhabilitations et considérations, j'ai pris un peu de recul.

Je me suis fatiguée avec cet uniforme pull-jean. J'ai pris conscience que loin de me rassurer, cela me déprimait. J'ai besoin de choisir mes vêtements, faire des recompositions, d'être différente. Et toujours, j'ai besoin d'être féminine. Je ne me maquille pas ou très peu. Je suis coiffée quasiment toujours de la même manière. Il est donc important pour moi d'avoir une identité vestimentaire.

Je me méfie des "belles pièces". Avec le temps, on se lasse. On se fatigue d'une belle pièce, même si elle coûtait très cher. Et que mine de rien, elles contribuent beaucoup au sentiment d'être habillé toujours pareil. Et qu'il ne faut pas voir de culpabilité à se faire plaisir dans des enseignes meilleur marché, pour introduire un peu de couleur, de nouvelles matières, un peu de neuf dans une garde-robe qui peut vite ronronner.

Cette année, j'ai été inspirée par deux silhouettes.

D'abord, celle de Chrissy Metz, dans This is us.


Dans chacun des épisodes, les looks de Kate sont à la fois doux et féminins, et l'actrice est toujours extrêmement mise en valeur. Je peux clairement m'identifier. J'aimerais avoir la costumière à domicile.

Et puis il y a ma chouchou, the Best of the Best, Juliaaaa...


Et les coiffures, les coiffures! J'aimerais tellement pouvoir tresser mes cheveux comme elle! Bon, sur l'affiche, ce n'est pas mon look favori, mais elle est tellement... maman dans ce film!

Ben oui, parce qu'aujourd'hui, je m'habille évidemment d'abord pour moi, mais aussi pour mon mari, mes enfants, mes petits élèves, leurs parents que je vois chaque matin. J'ai envie qu'avec l'image que je renvoie ils se fassent une idée la plus juste de qui je suis...

Voilà donc où j'en suis aujourd'hui. Je suis assez satisfaite, car plus en paix  qu'il y a quelques semaines. Je pense finir l'hiver un peu plus apaisée, et je pense pouvoir poster un état des lieux serein de ma garde-robe de l'hiver;-)

Xo.

dimanche 4 février 2018

177*

Mais pourquoi devrais-je remiser mes Doc Martens???

C'est fou, ça, l'impermanence des sentiments. Il y a deux jours, j'ai été traversée d'une grosse crise stylistique. Je me sentais mal dans ma peau, dans mes cheveux, dans mes fringues. J'avais envie de changements, et j'étais prête à révolutionner ce qui constitue les bases de ma garde-robe.

Aujourd'hui, à froid, je réfléchis. Tout mon courroux était orienté vers mes Doc Martens. Des Pascal bleu canard, dégottées il y a un an dans une boutique de seconde main de ma ville. Originals made in England. Pointure 38 parfaites pour l'hiver. Et je les ai portées TOUS L'HIVER DERNIER. Elles sont parfaites. Confortables, je peux y glisser une semelle et de grosses chaussettes, et elles peuvent affronter les tempêtes de pluie et de grêle qui nous tombent régulièrement sur le coin du museau cet hiver.

Mais pourquoi les remiser alors que JUSTEMENT Winter is coming? Et que qu'elles matchent parfaitement avec ma parka et mon manteau boyfriend?

Gaëlle, que se passe-t-il???

Encore une fois, je pense avoir été traversée d'une crise stylistique. Et encore une fois, je dois me recentrer sur ce qui compte, ce qui est important pour moi. Je me dis que nous allons entrer au coeur de l'hiver. Je vais avoir froid, il va falloir que je choisisse mes tenues pour qu'elles m'apportent du confort et de la chaleur. Ca va être à moi ensuite de féminiser et de pimper mon look.

Source : Pinterest

J'ai un peu surfé pour voir chercher l'inspiration, et voir comment je pourrais booster un peu mes classiques, sans me déguiser et en restant féminine. Bon, c'est vrai que j'ai sensiblement vingt ans de plus que les demoiselles de Pinterest-_-, mais l'envie est là. Je retiens donc le pantalon retroussé à la tige de la chaussure, les coupes boyfriends, et les cheveux lâchés. Et pour le reste, il faut que je compose et réinvente avec mes pièces. Les MIENNES, et pas celles que je vois sur les autres.

Allez, j'ai envie d'aller un peu jouer avec mes vêtements.

Xoxo.

vendredi 2 février 2018

176*


Cet article d'Hélène Legastelois  a résonné en moi, parce que ces considérations me reviennent régulièrement à l'esprit depuis quelques temps.

J'ai fêté mes 42 ans au début du mois dernier, et en ce cœur de l'hiver 2018, j'ai très envie, oui, vraiment très envie de me réinventer. Attention, je ne vous parle pas de révolution stylistique, mais je sens que j'ai besoin de venir une autre. Une autre plus féminine.


Voilà quatre ans, cinq ans peut-être que je me suis patiemment investie dans une rationalisation de mon dressing. Depuis cinq ans, je planifie et choisis avec soin mes achats. Il m'arrive encore de faire des erreurs d'achats, mais je parviens à revendre ces coups de cœur sur les sites de vente de seconde main sans trop de casse. Je privilégie la qualité et l'intemporel, et dans l'ensemble, cela fonctionne.

Du moins, cela fonctionnait. Sur la photo ci-dessus, c'est moi au mois de février l'an passé. On pourrait reprendre exactement la même photo cette année, et là, je vous avoue, j'ai envie de me poser et de réfléchir un peu.

Je me rends compte, avec le temps, que l'on change, forcément; et que l'on ne peut traverser une décennie en portant les mêmes vêtements. En dix ans, j'ai été enceinte deux fois, ma silhouette a forcément changée, j'ai eu les cheveux très longs, très courts. Je me suis beaucoup cherchée, et rétrospectivement, j'ai eu trois périodes de félicité : lors de mes grossesses, et puis il y a deux ans. C'est curieux de penser que c'était si facile pendant mes grossesses. Etait-ce le changement d'état et le fait de renouveler si rapidement sa garde-robe avec peu de pièces? J'adorais mes looks, à la fois plus doux, et plus féminins. Et je n'ai jamais réussi (finalement, l'ai-je cherché?) à retrouver cette douceur dans mes achats. Une fois le corps réapproprié, je retrouvais les diktats du classicisme et de la "qualité".

Il y a eu les circonstances extérieures, aussi. J'ai travaillé pendant huit ans en milieu rural, dans une petite école. Les conditions de travail étaient rudes, j'ai traversé des hivers glacials où j'ai cru perdre des orteils, alors je privilégiais le confort. Ce qui comptait pour moi, c'était d'être à l'aise, de ne pas porter de vêtements fragiles, et de ne pas souffrir du froid. Mais les circonstances ont changé. J'ai changé d'école, et je ne souffre plus du froid*.

Et puis je crois que la planification a ses limites. Il y a des pièces qui ont leur place dans la garde-robe, en particulier l'hiver, ou bien les vêtements de pluie. Mais pour le reste, je pense que les vêtements ont un droit d'existence limitée. Je pense à l'exemple de mes bottes cavalières. Il y a trois ans, mes bottes cavalières chéries, offertes pendant ma seconde grossesse, ont rendu l'âme après quelques hivers de bons et loyaux services. J'en ai racheté dans la foulée, et je les ai porté toute la saison. Mais l'hiver suivant, c'était fini. Les tenues que je chérissais en les portant ne me plaisaient plus, et cette année, je ne les ai pas sorti une seule fois de leur boîte. Et pourtant, c'était une pièce maîtresse de ma garde- robe.

Aujourd'hui, ce n'est plus certains vêtements que je chasse. C'est un style. J'ai envie de devenir une nouvelle Gaëlle. Les changements seront subtils, évidement je ne vais pas jeter mes affaires aux orties. Je pense remiser certaines pièces (mes Doc Martens), revendre celle que je ne peux vraiment plus voir en peinture. Et, avec l'aide d'un peu de neuf, d'un peu d'accessoires, voir même un peu de vêtements de mon purgatoire, essayer de me réinventer.

L'hiver est là depuis un peu plus d'un mois. Je pense que je pourrais faire une présentation d'une capsule réinventée au début du printemps;-)

Xo.

*Depuis la rentrée, cet été même, j'ai des sautes d'humeur, des bouffées de chaleur, de l'acné et j'ai pris cinq bons kilos. J'ai rendez-vous avec ma gynéco à la fin du mois.

mercredi 26 juillet 2017

174*

S'il y a un domaine où j'ai bien fait progressé ma démarche de réduction de ma consommation, c'est celui de la beauté. Je ne suis plus acheteuse compulsive. Et j'ai trouvé une routine qui me convient parfaitement.

Je me lave au savon : pain au beurre de mangue de Nubian Heritage pour le corps, et savon d'Alep pour le visage les jours où je ne suis pas maquillée (soit à peu près 300 jours par an). Pour les jours avec, j'ai le démaquillant Tolérance Extrême d'Avène qui me sert aussi de nettoyant visage lorsque je mets de l'écran solaire. Comme j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux il y a six mois (j'ai voulu devenir blonde-__-) il a fallut que je repasse à deux tubes (shampoing et après-shampoing), et ce combo de Yves Rocher me convient. Sinon, j'essaie de trouver le shampoing le plus clean possible.

J'ai fait le choix d'une contraception chimique, parce que cela convient à mon mode de vie, et que j'ai pu ainsi faire une croix sur mes boutons. Je ne me lave pas le visage le matin : je pschitte juste de l'eau thermale d'Avène le temps de me laver les dents. Puis, je mélange quelques gouttes de sérum à ma crème de jour. C'est ma grande innovation de l'année passée : je suis passée au sérum "de vieille". Mon teint est clair, ma peau est belle, alors je continue. Comme c'est super cher, je m'en fais offrir tous les ans pour mon anniversaire, sinon, j'attends les -25% de Sephora;-). Ma crème de jour, c'est toujours chez Avène, et j'adapte sa texture en fonction de la saison et des besoins de ma peau : fluide matifiant en été, texture riche pimpée à l'huile d'avocat en hiver si besoin. Le soir, je termine par un pschit de Sérozinc. Si besoin, j'applique une noisette de crème traitante et cicatrisante sur les boutons qui peuvent parfois survenir, maudits bandits.

J'ai encore un tas de produits pour cheveux qui traînent chez moi, vestiges de mes coupes courtes et/ou de mes expérimentations douteuses... Du coup, en ce moment, c'est une crème de coiffage pour parvenir au bout du démêlage au peigne à bois, et une crème-gloss sur les pointes lors du séchage.

Et voilà un pêle-mêle de produits sans-famille, que j'utilise occasionnellement : des petits patches hyper efficaces sur les gros boutons, de la protection solaire (ça me gonfle, mais ça me gonfle!!! j'ai horreur d'en mettre, je trouve leur parfum hyper agressif, et on finit toujours par en avoir dans la bouche, et là, c'est l'horreur...), de l'Aloé Vera pour les petites irritations et coups de soleil, et un lait corporel qui me fait bien un an parce que je n'en mets pratiquement jamais. Par contre, avec les grandes chaleur du début de l'été, j'ai acheté de la lotion corporelle, et ça, c'est trop bon.

J'utilise depuis peu un déodorant Schmidt's, et cela me convient. J'ai acheté pour l'été une Verveine Citron de l'Occitane, mais sinon je ne me parfume plus depuis mes grossesses. Par contre, j'adore l'odeur de la Fleur d'Oranger de Serge Lutens au creux d'un foulard au cœur de l'hiver. Le lait de Trésor est une merveille, c'est mon parfum de peau des occasions exceptionnelles.

XOXO.